samedi, 19 août 2017|
 

Agent Carter saison 2 : Le pouvoir aux femmes

Critique pour une excellente seconde saison de Agent Carter portée par des femmes fortes.

La saison 2 de Agent Carter s’est terminée hier, mardi soir, aux Etats-Unis. Une saison qui confirme les impressions de la première : ABC a dans ces mains une excellente série, avec des personnages complexes, des intrigues passionnantes et pleine de suspens et une équipe de scénaristes intelligents. Sans oublier des acteurs formidables. Hayley Atwell et James D’Arcy ont toujours une alchimie superbe, et Wynn Everett est extraordinaire en Whitney Frost.

Questions modernes

JPEG - 17.7 ko

L’intrigue principale autour de la matière Zero permet d’introduire de nouveaux personnages intéressants dans la série, en particulier Jason Wilkes qui permet à Agent Carter d’explorer une Peggy qui évolue dans sa vie personnelle autant que professionnelle, mais aussi les problèmes raciaux de l’époque. De plus, la matière Zero permet à la série de d’offrir des pistes à la fois scientifiques et politiques, qui résonnent beaucoup avec notre actualité, même si la série se déroule il y a plus de 60 ans.

Il est en effet question de conspirations, d’éthique scientifique, de la responsabilité des découvertes et du pouvoirs. L’un des plus gros méchants est un grand groupe fortuné qui manipule et trompe tout le monde pour diriger la planète et pour leur profit personnel, qui n’a visiblement pas dit son dernier mot. La corruption est aussi un sujet abordé par ses divers visages. La politique, bien sûr, et sans grands efforts, mais de manière plus subtile, la manière dont le pouvoir, ou l’illusion du pouvoir corrompt. Agent Carter touche aussi du doigt les dangers de recherches scientifiques sans supervision mais n’est pas forcément toujours mesurée dans son propos

Combat de femmes
La seconde saison de Agent Carter vaut le détour surtout pour son antagoniste charismatique. Whitney Frost est à la fois intelligente, froide, calculatrice et manipulatrice, mais elle n’est pas sans sa part d’humanité, d’inquiétudes, de désirs et de peurs, qui la rendent très réelle. Elle est ainsi d’autant plus intéressante et semble bien plus dangereuse. Le paradoxe entretenu entre la femme vaine et parfois fragile et l’ambitieuse et habile scientifique et politicienne avide de pouvoir en fait un personnage à plusieurs facettes. Un personnage que les scénaristes nous ont permis de découvrir, voire de comprendre, sans pour autant justifier ses actes.

JPEG - 31.5 ko

Elle une formidable opposante à Peggy Carter, non seulement car elle lui donne du fil à retordre, mais aussi par les parallèles entre les deux femmes. Elles sont toutes deux des femmes fortes, intelligentes, combatives, dont les ambitions et des envies sont bloquées par la société machiste des années 40. La différence se joue au soutien obtenu, ou non, quand elles ont décidé de sortir des sentiers battus et refuser de répondre aux attentes d’une société patriarcale.

La série souligne très bien combien l’entourage est important. Peggy a de son côté l’excellent Jarvis, qui la soutiendra toujours, mais montre un peu plus de caractère cette saison, Sousa, l’éternel amoureux, ou encore Howard Stark. Tous croient en elle, la soutienne, et surtout sont au fond des gens biens. Whitney quant à elle n’est entourée que de parasites assoiffés de pouvoirs qui cherchent à la manipuler et profiter de ses atouts…sans se rendre compte que ce sont eux qui se font manipuler par elle.

On regrettera cependant que le premier soutien de Peggy est un homme, et la première personne à bloquer Whitney est une femme.

Ambition meurtrière

JPEG - 18.3 ko

L’ambition est bien le thème de cette saison, et surtout combien elle peut être toxique, et est bien illustrée avec Jack Thompson. Un personnage qui a toujours été ambiguë, représentant les machos contre lesquels Peggy devaient se battre en première saison, et les conspirations politiques dans la seconde.

Comme dans la première saison, Jack revient assez rapidement vers le côté lumineux de la Force. Malgré ses défauts, il reste un homme bien, et qui ne souhaite qu’une chose, protéger son prochain. Il manque simplement parfois de discernement sur ses alliés et ennemis ainsi que les méthodes qu’il utilise.

Un Jack qui va sûrement regretter ses errements, du moins s’il survit. La saison se termine sur un cliff-hanger qui demande une troisième saison, avec Jack qui se retrouve avec une balle dans le corps et le dossier de Peggy dans les mains d’un mystérieux ennemi. La série la mérite, mais les audiences basses pourraient lui être fatale.

Source : Brain Damaged du 02/03/16 par Marine Glinel


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de Hayley Atwell, actrice britannique
Captain America : First Avenger nous plonge dans les premières années de l’univers Marvel. Steve Rogers, frêle et timide, se porte volontaire pour participer à un programme expérimental qui va le transformer en un Super Soldat connu sous le nom de Captain America. Allié à Bucky Barnes et Peggy (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS
Thèmes