Restless : La vie aux aguets

Inquiète pour sa vie, Sally Gilmartin révèle à sa fille qu’elle est en réalité Eva Delectorskaya, une espionne du gouvernement britannique qui est recherchée depuis 30 ans. Elle lui raconte ainsi comment tout a commencé.

Après Any Human Heart, c’est au tour d’un autre roman de William Boyd d’être adapté sous la forme d’une mini-série, Restless – disponible en France sous le titre La vie aux aguets. On y retrouve encore Hayley Atwell, mais elle endossera un rôle différent, puisqu’il s’agit cette fois d’un thriller d’espionnage.

Restless débute avec Sally Gilmartin (Charlotte Rampling) qui révèle à sa fille, Ruth (Michelle Dockery), qu’elle est en réalité une espionne. Le choc est un peu difficile à avaler, mais Sally a mis sur papier l’aventure que fut sa jeunesse pour que Ruth puisse tout apprendre à son rythme. C’est donc au fil de sa lecture que l’on découvre la vie d’Eva Delectorskaya (Atwell), une immigrée russe en France qui se fait recruter par les services secrets britanniques à l’aube de la Seconde Guerre mondiale.

Le récit nous entraine ainsi brièvement au cœur de l’entrainement de l’espionne avant de nous plonger dans son travail. L’approche se révèlera bientôt plus glamour que réaliste, mais cela imposera une ambiance romanesque qui sied à merveille avec cette histoire colorée. Cependant, il faut admettre que les passages avec Sally et Ruth viennent quelque peu entacher cette plongée dans l’univers des renseignements britanniques, tout particulièrement à cause de la paranoïa galopante de Sally qui tarde à trouver de réelles fondations.

Sur ce plan, la seconde partie de la mini-série se montrera relativement plus solide, puisque la vie tumultueuse d’Eva, entre romance et manipulations, se verra à son tour noyée dans la suspicion et la peur d’une trahison. Une combinaison qui fait culminer le suspense tout en complexifiant l’intrigue.

Celle-ci en a d’ailleurs besoin à un certain niveau, étant donné que quelques inconsistances font surface, tout particulièrement au sujet de Lucas Romer (Rufus Sewell), le supérieur et amant d’Eva. Rien de bien gênant cependant, car Hayley Atwell parvient à faire progresser Eva dans des eaux émotionnelles troubles qui font évoluer les points d’intérêt de l’histoire au fur et à mesure que nous avançons. Le reste du casting est de plus aussi exemplaire, Charlotte Rampling et Michelle Dockery jonglant de leur côté avec du matériel moins développé sans pour autant tomber dans l’anecdotique.

Du point de vue technique, Restless est impeccablement dirigée et profite de décors et costumes sublimes qui aident à parfaire le dépaysement enchanteur lié à l’approche prise par l’histoire, autant qu’à nous immerger dans la paranoïa qui s’en dégage. L’ensemble n’est pas dénué de défauts, principalement à cause de non-dits qui doivent ménager le suspense et qui sont en réalité légèrement distrayants, mais cela n’entache pas le plaisir qu’il y a à suivre les aventures de l’espionne qui s’appelait Eva Delectorskaya.

Restless est désormais disponible en DVD en France sous le titre La Vie aux aguets.

Source : Critictoo du 02/06/13 par Fabien


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de Hayley Atwell, actrice britannique
Hayley Atwell, née le 5 avril 1982 à Londres, Angleterre, est une actrice britannique. Après plusieurs téléfilms, elle obtient son premier rôle au cinéma dans Le Rêve de Cassandre de Woody Allen aux côtés d’Ewan McGregor et Colin Farrell. En 2008, elle apparait dans The Duchess avec Keira Knightley. En (...)
En savoir plus »