La série dérivée inachevée de Captain America

Les premières incursions de cette immense créature connue aujourd’hui sous le nom de Univers cinématographique Marvel dans le monde sériel, ils étaient quelque peu bizarres. Et pas seulement pour de simples problèmes de qualité – comme le pourrait être le début légèrement atténué, par exemple Agents de bouclier. L’univers partagé se développait de telle manière qu’il pouvait certainement raconter de nouvelles histoires, des points de vue inédits et en général expérimenter différentes solutions, mais il s’est ouvert aux risques. La défaillance d’un produit était potentiellement équivalente perdre des arcs narratifs entiers et des personnages notables, des risques devenus réalité au fil du temps. Il suffit également de mentionner une telle éventualité pour rappeler un nom dans les fans : Peggy Carter.

Après avoir été introduite dans le premier long métrage consacré à Captain America, l’agent Carter a en fait eu toute une série pour elle-même, une blessure qui n’a pas encore guéri à ce jour. L’agent Carter est un petit – et malheureux – le bijou est resté inachevé, un spectacle qui est maintenant presque un culte et qui finalement, avec l’arrivée de Disney +, il pourrait attirer l’attention qu’il mérite.

Entre la SSR et un Stark
Dans la série, diffusée à l’origine sur ABC depuis 2015 pendant deux saisons, on retrouve Peggy Carter (jouée par un simple régal Hayley Atwell) peu après les événements de Le premier vengeur. Nous sommes en 1946 et l’agent de la Réserve scientifique stratégique elle est toujours tourmentée par la disparition de Steve Rogers, mais il y a peu de temps pour le deuil.

D’un autre côté, un magnat comme Howard Stark (Dominic Cooper) vient d’être inculpé pour haute trahison, coupable de vente d’armes secrètes aux ennemis des États-Unis, la première pièce qui amènera notre protagoniste affronter plusieurs fois ce qui reste d’Hydra – et une partie de son organisation interne – et leurs études sur des artefacts particulièrement dangereux. Un cercle qui aurait dû être idéalement proche avec la fondation du S.H.I.E.L.D., dont la SSR est une sorte d’ancêtre, mais l’histoire a malheureusement nié cette possibilité et, bien que Carter ait son propre personnel fin heureuse dans la Saga d’Infinity, l’annulation de 2016 reste un coup dur.

La raison est banale : Agent Carter est un produit avec sa propre identité et son caractère précis à vendre. La série Marvel avait tout, d’un protagoniste somptueusement charismatique à un cadre vintage et évocateur, soutenu par des applaudissements – le majordome Jarvis (James D’Arcy) est un soulagement comique délicieux – et humour subtil et parfaitement dosé. Et surtout, il n’avait pas peur d’expérimenter, de jouer avec les stéréotypes de l’époque ou même de pénétrer dans des territoires métacinématographiques exquis – l’ensemble de la deuxième saison en est un exemple.

Une perle qui méritait plus
Non pas que ce soit un spectacle parfait, ne vous méprenez pas. Les principales faiblesses de l’agent Carter se trouvent dans sa linéarité exagérée, à la fois dans la structure et la texture, et en général dans une intrigue vraiment trop simple, qui ne pouvait pas toujours donner la bonne dimension du rôle délicat joué par Peggy.

Être un agent secret féminin dans les années 1940, équilibrer la vie professionnelle et la vie privée, même travailler sur la piste avec une personne recherchée bien connue, c’est tout un peu d’eau de rose, pour ainsi dire. Ce n’est qu’à des moments précis – coïncidant évidemment avec les finales de la saison – que des pics spectaculaires ont été remarqués.

Mais, sachant qu’il ne répondait aux goûts de personne, ce n’était pas le but de l’agent Carter. Les aventures veinées par un fort courant de science-fiction par Peggy et le pauvre Jarvis, qui se retrouvait toujours inconsciemment au centre de l’action, se voulaient quelque chose de plus léger et de plus unique. L’élégance d’un cadre si fascinant, avec ses coutumes et ses habitudes en partie entrées dans l’imaginaire commun, il a été exploité au maximum, il suffit de penser au Los Angeles coloré de la deuxième saison et à la variété des situations qui ont été créées, avec d’étranges combinaisons entre westerns et science-fiction.

Ce ton délibérément ironique – ainsi que l’auto-dépréciation – avec lesquels ils ont fait face à des situations du bout du monde, mais sans les Avengers ou les technologies avancées et même pas les super soldats. Le désir d’expérimenter en permanence de nouveaux registres stylistiques et voir jusqu’où cela pourrait aller avec les paradoxes d’une époque si et en même temps si éloignée. Ici réside l’identité et la force d’une série qui a rarement été vue dans d’autres productions Marvel – seul casse-cou a probablement un tel concept global. Mais ce sont des souvenirs d’autres blessures irrémédiables.

Source : Africa Daily News du 05/04/2020


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de Hayley Atwell, actrice britannique
Hayley Atwell, née le 5 avril 1982 à Londres, Angleterre, est une actrice britannique. Après plusieurs téléfilms, elle obtient son premier rôle au cinéma dans Le Rêve de Cassandre de Woody Allen aux côtés d’Ewan McGregor et Colin Farrell. En 2008, elle apparait dans The Duchess avec Keira Knightley. En (...)
En savoir plus »