samedi, 19 août 2017|
 

Marvel’s Agent Carter : Alors cette saison 1, c’était comment ? On fait le bilan !

Son nom est Carter. Peggy Carter. Après l’avoir découverte sur grand écran dans les deux volets de Captain America, les fans de l’univers Marvel attendaient avec une certaine impatience de la voir évoluer dans sa propre série. Seulement huit épisodes plus tard, Peggy a-t-elle pleinement rempli sa mission ?

JPEG - 10.3 ko

Un an après la mort de Steve Rogers, alias Captain America, et la fin de la guerre, Peggy Carter a repris le chemin du bureau. Si elle a brillé par son courage lors des opérations contre Hydra, elle est désormais reléguée à des tâches administratives au sein de la SSR. En manque d’aventures et de reconnaissance, elle saute sur l’occasion lorsque Howard Stark l’appelle à l’aide. Des armes qu’il a inventées se sont retrouvées sur le marché noir et il est désormais l’ennemi public numéro 1. Pendant que ses collègues sont persuadés de la culpabilité du playboy milliardaire, Peggy découvre qu’une mystérieuse organisation baptisée Leviathan cherche à mettre la main sur ces artefacts. Elle doit jouer les agents doubles avec la complicité du majordome de Stark, Edwin Jarvis, pour faire toute la lumière sur cette affaire.

Peggy Carter bénéficiait déjà de la sympathie du public après être apparue dans les deux Captain America. Là où Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D. peinait à rallier à sa cause les téléspectateurs, Agent Carter a séduit d’emblée. La première a pourtant elle aussi misé sur un personnage secondaire du MCU (Marvel Cinematic Universe) aimé des fans : l’Agent Coulson. Mais la série n’a pas tenu ses promesses, tout du moins pour une bonne partie de la saison 1. Entouré d’une équipe à laquelle on a eu du mal à s’attacher, Coulson ne pouvait pas non plus compter sur les quelques références et autres caméos issus des films pour attiser notre intérêt et construire sa propre mythologie. Un écueil qu’Agents of S.H.I.E.L.D. commençait à peine à dépasser au moment du break de mi-saison 2.

Pour Agent Carter, l’approche fut différente et l’affect y est pour beaucoup. En choisissant de se concentrer sur un personnage principal, la série nous permet de nous attacher instantanément à cette héroïne qui porte encore le deuil, un an après, de son amour perdu et qui va faire exploser le carcan dans lequel la société de son époque voulait l’enfermer.

S’il est rafraîchissant de voir une héroïne féministe évoluer dans un univers ultra masculin (c’est doublement vrai s’il on considère l’époque à laquelle elle vit, et l’univers Marvel d’où elle est issue), la misogynie ambiante est parfois dénoncée de manière trop peu subtile pour vraiment faire son effet. La goujaterie des hommes de la SSR est tellement appuyée et caricaturale par moment que cela dessert le propos. Néanmoins, Peggy est tellement vibrante et espiègle qu’elle nous ferait presque oublier ce petit accroc au contrat.

D’ailleurs son interprète, Hayley Atwell, aurait pu aisément tirer la couverteure à elle seule tant elle jongle merveilleusement entre action, humour et émotions. C’était sans compter sur James D’Arcy, qui campe un Jarvis délicieusement drôle et so british. Sidekick idéal, il est le parfait complice, coincé mais dévoué, pour notre héroïne. Le duo qu’ils forment est le meilleur atout d’Agent Carter.

Huit épisodes pour une première saison, c’est très court. Trop court même quand il s’agit d’approfondir les personnages secondaires, laissés sur le bord de la route. Sousa, incarné par Enver Gjokaj, tire son épingle du jeu en s’attirant immédiatement la sympathie du public. Les autres collègues de Peggy, hélas, se résument le plus souvent à leur fonction.

Un sacrifice sans doute nécessaire pour pouvoir tisser en si peu d’épisodes une intrigue et une mythologie. Si pour cette dernière, le pari est plutôt réussi, l’intrigue, quant à elle, a un peu souffert au démarrage. Longs à s’installer, il faut attendre plusieurs épisodes avant que les enjeux de cette saison 1 ne commencent à véritablement capter notre attention. Les trois derniers épisodes sont heureusement de très bonne facture et nous confirment qu’Agent Carter est décidément une très bonne surprise. Son sort n’a pas encore été décidé mais l’on espère qu’une saison 2 verra le jour sur ABC.

Source : Programme Tv du 25/02/15 par DR


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de Hayley Atwell, actrice britannique
Captain America : First Avenger nous plonge dans les premières années de l’univers Marvel. Steve Rogers, frêle et timide, se porte volontaire pour participer à un programme expérimental qui va le transformer en un Super Soldat connu sous le nom de Captain America. Allié à Bucky Barnes et Peggy (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS
Thèmes